Nouveau bureau du conseil national de la jeunesse: Des OSC de la région du Nord désavouent et appellent au respect des textes

Un groupe d’organisations de jeunes se réclamant une fédération de 61 membres  désapprouve la mise en place  du nouveau bureau du conseil national de la jeunesse à Ouagadougou le samedi 26 mai 2018 . Ce groupe a manifesté son désaccord contre  la mise en place de ce bureau au cours d’une conférence de presse tenue le lundi 28 mai 2018 à la maison des Jeunes et de la Culture de Ouahigouya .  

Cette  fédération qui dit regrouper 61 associations de la jeunesse  de la région du Nord  à   jour de leur cotisation de 10 000 F CFA sur les 81 associations enregistrées dit être surpris par l’annonce de la mise en place du nouveau bureau du conseil national de la jeunesse le samedi 26 mai 2018 à Ouagadougou . Alors  que   ses membres se préparaient à prendre à part à la mise en place des instances de cette organisation faitière des jeunes dans les communes , les provinces et les régions avant la mise en place du bureau national , à  leur grande surprise , ils entendent que le bureau sortant à changer la démarche sans daigner les informer .  Comble de la mauvaise fois du bureau sortant à entendre les frondeurs ,  il a convoqué un congrès  pour mettre en place le bureau du conseil national en violant les statuts et règlement intérieur amendés et adoptés en mars 2017 lors d’un congrès extraordinaire à Kaya .  » Depuis mars 2017 à la lumière du code électoral adopté en assemblée générale à Kaya , un processus de renouvellement des instances a été entrepris avec une singularité qui consiste à partir du niveau local jusqu’au niveau national .Ainsi , dans chacune des 350 communes du Burkina Faso , on devrait mettre en place une coordination des jeunes pour le compte du conseil national de la jeunesse  » soutient Ahmed Ganamé , avouant être candidat au   poste de la présidence du conseil régional de la jeunesse .  Reconnaissant  avoir déposé sa candidature pour le  poste de la vice – présidence au niveau national , Soré Boureima indique à son tour que la mise en place de ce bureau a été entachée par une violation flagrante des textes en ce sens que le processus a  prévu qu’on commence par les communes pour terminer au niveau national . C’est le bureau régional affirme-t-il,  qui devait désigner des représentants pour la mise en place du bureau national . Appelant le ministère de l’administration territoriale et de la Décentralisation  à ne pas reconnaitre cette mascarade , les contestataires  recommandent  que ce ministère instruise celui   de la jeunesse à mettre en place un comité tel que prévu par les textes pour reprendre le processus de la mise en place du bureau du conseil national de la jeunesse .Ils informent que le mandat du bureau sortant  du conseil national de la jeunesse expiré depuis 4 ans était conduit par un intérimaire en la personne de Ouédraogo Mamoudou .  Ce dernier selon ses détracteurs a adopté un jeu trouble depuis le départ dans la conduite du processus de renouvellement des instances . Il aurait reçu parallèlement et hors délai les dossiers  d’adhésion de certaines associations . Boureima Soré et ses camarades disent avoir avisé en  son temps les  autorités régionales de   ce manquement orchestré par le président intérimaire . Ils en veulent à Mamoudou Ouédraogo  d’user de subterfuges pour placer des gens qui lui sont proches dans les instances des structures du conseil national de la jeunesse .  Le candidat à la présidence du Conseil régional de la jeunesse du Nord, Ahmed Ganamé   dit avoir avec son équipe initiés  des rencontres de concertation avec le camp adverse conduit par un certain Ouédraogo Rasmané , conseiller municipal à Oula afin que  le choix des membres des instances se fasse de façon consensuelle . C’est avec  regret qu’ils disent avoir  constaté le refus  de  cette main tendue à Rasamané Ouédraogo alors que ce dernier,  conseiller municipal , acteur  politique ne devrait pas être candidat aux instances de cette structure faitière des jeunes . Les frondeurs n’entendent pas accepter cette forfaiture orchestrée  par le président intérimaire et sa bande . ils disent être prêts à user de tous les moyens légaux  pour annuler  le bureau qu’ils estiment avoir été   frauduleusement mis en place . Soupçonnant une utilisation non conforme des frais d’adhésion de 10000 CFA  donnés par chacune des  81 associations enregistrées , les frondeurs chantent à qui veut les entendre que ceux à qui l’argent a été remis rendront compte . Autre grief , s’offusquent  -t-ils , il était prévu qu’un représentant du ministère  de l’administration territoriale , un du ministère de la Jeunesse et des personnes ressources conduisent le processus du renouvellement des instances. Malheureusement, à entendre les mécontents  , le bureau sortant a contourné la mise en place  de  ce dispositif .

Faso-nord.info

Déclaration préliminaire

Bonjour à tous !

Nous vous remercions d’avoir répondu à notre invitation pour cette conférence de presse.

Nos remerciements s’adressent particulièrement à tous les responsables de structures et mouvements de jeunes de toute la région qui, comme d’habitude  témoignent aux yeux de l’opinion publique, leur dynamisme et la volonté des jeunes d’asseoir un système de gouvernance démocratique qui s’appuie sur des valeurs républicaines et citoyennes.

A la famille de la presse, nous réitérons notre profonde gratitude pour l’accompagnement inlassable dans les activités d’information et de sensibilisation de la jeunesse de la région. Nous ne saurons oublier ce rôle moteur que vous jouez chaque jour, particulièrement pour la promotion des jeunes. Nous vous disons merci !

Mme et Messieurs, chers invités,

Cette conférence de presse s’inscrit dans le processus du renouvellement des instances du Conseil National de Jeunesse du Burkina FASO (CNJ/BF). Elle vise à informer l’opinion publique des différentes étapes parcourues jusque-là, à faire une lecture sur l’ensemble du processus et bien évidemment à vous partager nos inquiétudes liées aux insuffisances constatées ça et là dans la conduite du processus et exclusivement sur la tenue d’un congrès national à Ouagadougou le 26 Mai 2018, qui semble avoir consacré la mise en place d’un bureau national.

En effet, le conseil national des jeunes est une structure faitière des organisations de jeunesse du Burkina Faso. Le mandat de l’actuel bureau est échu depuis déjà 4 ans. Ce bureau était dirigé par un président intérimaire à savoir  notre bien aimé frère Mamoudou OUEDRAOGO.

Depuis Mars 2017 à la lumière du code électoral adopté en assemblée en générale à Kaya., un processus de renouvellement des instances a été entrepris avec une singularité qui consiste à partir du niveau local jusqu’au niveau national. Ainsi donc, dans chacune des 350 communes du Burkina FASO, on devait mettre en place une coordination des jeunes pour le compte du CNJ/BF.

Cette nouvelle démarche est louable et hautement saluée parce que nous la trouvons participative et inclusive. Parlant de processus, il faut noter qu’il est parti des adhésions au conseil national de la jeunesse par les organisations de jeunesse désireuses. Le dossier de candidature s’accompagnant d’une somme de 10 000 f CFA, pour la région du Nord, au total  quatre-vingt-et-une (81) associations ont pu faire leur adhésion au conseil national de la jeunesse dont 61 mobilisées par notre fédération.

La deuxième étape du processus a été celle du dépôt des dossiers de candidature. Chaque candidat en effet, devrait être mandaté par une structure qui s’est adhérée au CNJ/BF. Un délai avait été donné pour cette étape toute comme celle des adhésions. Notre fédération a réussie à couvrir 30 communes sur les 31 que compte la région et les dossiers ont été déposés dans les délais dans les préfectures et les directions de la jeunesse, contrairement à d’autres qui se sont faites glissées avec la complicité du bureau sortant hors délais et sans suivre le canal conventionné.

Ces deux (2) étapes ayant été bouclées par principes ; la dernière étape qui restait était celle des élections et la mise en place des bureaux CNJ.

C’est cette étape qui a été frauduleusement conduite le 26 Mai à Ouagadougou par le bureau sortant sans daigner impliquer tous les candidats et les acteurs concernés.  En plus d’être illégale, la mise en place du bureau telle que conduite, est une violation des textes du CNJ en ce sens que le processus a prévu qu’on commence par les communes pour terminer au niveau national. En effet, selon les textes, ce devrait être le bureau régional nouvellement mis en place qui devait se charger de designer les représentants pour la mise en place du bureau national.

A l’égard de ces violations flagrantes des textes et de la mauvaise volonté du bureau sortant de conduire le processus dans la transparence, nous voulons prendre l’opinion public à témoin et interpeller l’administration surtout le MATD à ne pas reconnaître cette mascarade qui est, du reste, une insulte pour la démocratie et une honte pour la jeunesse burkinabè. Nous recommandons que le MATD instruise le Ministère de la Jeunesse à mettre en place un comité tel que prévu dans les textes pour reprendre le processus et sauvé le CNJ qui est par excellence une cadre d’épanouissement pour la jeunesse du Burkina Faso.

Pour terminer, nous rappelons que :

  • Le code électoral du CNJ/BF a prévu des canaux pour le dépots des dossiers de candidatures et tout dossier qui n’est pas passé pas par ces canaux doit être purement et simplement rejetés. .
  • Les dossiers hors délai ne devaient pas non plus être réceptionnés
  • Nous attirons l’’attention du bureau sortant que son rôle devrait se limiter à la facilitation des élections et non à faciliter un quelconque candidat
  • Nous recommandons la mise en place des commissions électorales telles que prévues dans le code électoral
  • Nous invitons l’administration publique le MATD et particulièrement le Ministère de la jeunesse à jouer son rôle dans le processus du renouvellement des instances du CNJ en veillant au respect des textes et du code électoral du CNJ/.BF
  • Nous invitons tous les jeunes élus ou occupant des responsabilités politiques, à bien vouloir renoncer à leur candidature  à l’égard de la loi 64 du CNT

Comme ambition, nous jeunes fédérés de la région du Nord, entendons à l’issue des élections:

  • redynamiser la jeunesse et promouvoir la cohésion sociale ;

responsabiliser les jeunes pour une bonne gouvernance locale et la défense des acquis de la république ;

  • développer l’esprit d’entreprenariat à travers des formations et des micros crédits en collaboration avec d’autres organisations et des structures de l’Etat ;
  • Favoriser l’insertion socio-professionnelle des couches vulnérables en collaboration avec les services techniques de l’Etat et des partenaires techniques et financiers que nous irons chercher

Sur ce, je vous remercie

 

 

 

 

 

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *