Ouahigouya : 72 heures de détente et de divertissement consacrées aux jeunes.

La Maison des jeunes et de la culture de Ouahigouya (MJC0) a abrité du 5 au 7 avril 2021 un festival dénommé 72 heures de récréation. L’évènement a été organisé par deux jeunes bien connus du milieu de la culture dans la cité de Naba-Kango. Youssouf Ouédraogo alias Kitoko de Shaloom -communication et Boureima Ouédraogo alias Bokilo de KB évènementiel.   Le DG de l’Autorité de mise en valeur   de la vallée du Sourou, Dr Saidou Ouédraogo et Ibrahim Belem, DG de l’Efficacité énergique au ministère de l’Énergie, des Mines et des Carrières ont été les parrains de ce festival.

Les deux organisateurs de l’Événement

Jeux de Lido, pétanque, dame, pèche de bouteille, lancées, scrabble, ballon, babyfoot, jeux de serpent, il y avait une pléthore d’activités pour occuper les jeunes au cours   de ce festival de récréation. Les activités se sont   déroulées dans une ambiance rythmée de musiques traditionnelle et moderne. Le plat de résistance était particulièrement consistant à la cérémonie de clôture marquée par des prestations de plusieurs troupes artistiques. Danses musicales et prestations humoristique étaient au rendez-vous.

                                   Un véritable régal

Les artistes du jour ont savamment capté l’attention du public

 Le public s’en est régalé à cœur joie.  Invités et spectateurs se sont délectés les mets locaux soigneusement   préparés par des cuisiniers et restaurateurs talentueux.

Selon l’un des organisateurs, Youssouf Ouédraogo, les petits plats ont été mis dans les grands   pour faire de cet événement un véritable rendez-vous de la jeunesse.

Youssouf Ouédraogo dit Kitoko explique que l’objectif de ce festival est d’offrir un cadre de divertissement aux élèves et aux étudiants

En ces périodes de congé, les élèves et les étudiants indique -t-il manquent de cadres propices pour se divertir et décompresser. C’est ce qui précise -t-il, justifie l’organisation de ce festival.

Une initiative qui fédère et éduque

artistes, parrains, invités de marque et organisateurs

S’il se félicite que le festival ait pu se tenir, Youssouf Ouédraogo s’empresse de relever que la mobilisation n’a pas été de taille comme l’espérait le comité d’organisation. Il lie cela à un déficit de communication qui sera corrigé à la prochaine édition. Qu’à cela ne tienne, le Dr Saidou Ouédraogo, co-parrain de la cérémonie a jugé l’idée très pertinente.

Le Parrain du Festival , Saidou Ouédraogo DG de l’Autorité de mise en valeur de la vallée du Sourou , s’est brillamment essayé de la bouteille

Pour lui, c’est important et réconfortant de voir des jeunes se regrouper pour porter une initiative qui fédère, qui éduque, qui stimule, qui crée de la compétition nourrissant l’esprit et le corps.

Mieux se préparer à l’avenir

Une pléiade d’artistes à la cérémonie de clôture

Promettant de mieux se préparer pour donner un cachet particulier à la prochaine édition, les promoteurs de ce festival ont adressé des remerciements à la mairie de Ouahigouya, aux parrains, aux responsables du centre d’écoute et de dialogue de Ouahigouya et au délégué consulaire à la chambre du commerce, de l’artisanat et d’industrie du Nord, Amadé Ouédraogo et le patron de l’Alimentation grand Yatenga .

Inoussa Ouédraogo et Gildas Salo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *