Ouahigouya : Dame Lopez et son équipe prêchent la paix et la réconciliation.  

Le Mouvement pour le plaidoyer du retour de la paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso (MPCRN),  dont la présidente d’honneur est   Safiatou Lopez a foulé la cité de Naaba kango ce jeudi 23 janvier 2020. A Ouahigouya, l’insurgée de 2014 et sa délégation ont rencontré les jeunes, les femmes et les  notabilités pour dévoiler les  ambitions de leur  organisation pour un  Burkina de demain.

 

 

 

 

Selon dame Lopez, le MPCRN n’a pour objectif que d’apporter la pierre à la réconciliation et la cohésion entre fils et fille de pays. « Notre pays fait face à une situation qui nécessite la réconciliation. C’est pourquoi notre mouvement d’une cinquantaine de membres après son lancement et la visite des notabilités à Ouagadougou a pris la direction du Yatenga.  

Notre première sortie par le Yatenga se justifie par le fait que Sa Magesté Naaba Kiiba est une notabilité qui a bien vu la nécessité de réconcilier les fils de pays pour une cohésion sociale, il y’a bien longtemps. Il l’a manifesté depuis quelques années et ce matin, le roi nous a donné  toute son  onction et ses bénédictions. Le roi s’engage à travailler pour la consolidation de la paix a introduit la présidente du MPCRN face à une assistance qui a attendu plus de deux heures.

 Un mouvement de paix,  pas comme les autres, ni de trop

Pour Siaka Coulibaly, membre fondateur de ce mouvement,  tout le monde  parle de la réconciliation mais la cloche n’a toujours pas sonné. Et c’est pour répondre  à cette situation d’urgence que le MPCRN est née.

Pour lui, la question que l’on doit se poser de nos jours est de savoir, à quand le début du dialogue ?  Et a Issaka Lengani d’illustrer la difficile situation du pays en ce ces termes : « chaque matin les Ouagavillios se salut, Yel kayé (oui ça va, il n’y’a pas de problème), mais de nos jours c’est : Wend na yisdou ( Que Dieu nous sauve) ». Pour dire que tous les burkinabè sont conscients de la situation, et seule, la vraie réconciliation sera la porte du salut.

Ce mouvement selon ses têtes pensantes  reste ouvert aux burkinabè sans distinction. «  Nous sommes tous responsables d’une manière ou d’une autre de la situation que traverse le pays. Sauf celui qui n’est pas burkinabè pourrait  ne pas se  sentir    responsable » a martelé  le directeur de publication de journal L’OPINION. Pour la présidente, le MPCRN est un mouvement rassembleur car il se compose d’acteurs de la société civile, de partis politiques (des anciens députés, des membres de l’opposition politique comme de la majorité), d’autorités coutumières et religieuses.  Elle souligne avec force que   c’est un mouvement qui n’est ni de trop et pas comme les autres.

Bâtir les chantiers de la paix et la réconciliation à tout prix au Burkina  

Le Rassam Naaba, ministre de la jeunesse du  Yatenga Naaba a, au nom du roi, salué cette idée des hôtes du jour. Pour lui, c’est sur le chemin de la  vérité et de la  réconciliation que  le mouvement de Dame Lopez s’est orienté . C’est pourquoi   les notabilités et coutumiers ont fortement répondu à l’appel. Aucun développement n’est possible dans le  contexte que traverse   le Burkina actuellement.  Le ministre du roi a invité donc tous les citoyens à battre le   tambour de la réconciliation.

Un mouvement qui a déjà des adeptes au Yatenga

Le DUO muscial  Wend Daabo, ABLO et SAVIS a fortement impressionné la délégation de la paix dans la salle. Après la prestation dont le message  fait aussi appel à l’union et au pardon, Safiatou Lopez a marqué sa reconnaissance pour la prise de conscience  de ces artistes sur  la nécessité d’aller vers l’idéal du son mouvement. « J’avoue que c’est ma première fois d’écouter le son et je très contente. Le message de ces jeunes artistes est un signal fort car ils ont déjà pris conscience de la nécessité d’aller à la paix » s’est-elle réjouie. Issouf Ouedraogo, coordonnateur régional d’un autre  d’un mouvement pour la Paix, MPAP, a indiqué qu’il épouse l’idée du MPCRN.

Il a  marqué son adhésion tout comme Mariam Ouédraogo, âgée de la quarantaine disant toujours s’engager  pour le bien et la justice. Mariam  a aussi   invité toutes les femmes à accompagner le mouvement  car les femmes aussi subissent la folie meurtrière des forces du mal.  « Chères sœurs, travaillons pour la réconciliation car la division a fait du Burkina un terreau favorable aux ennemis qui ne font qu’endeuiller les familles.

Nous les femmes, nous  sommes les plus malheureuses dans cette situation. Il faut que nous engagions pour la réconciliation » a lancé cette nouvelle amazone du MPCRN. La patronne du MPCRN a présenté le répondant de cette structure au Yatenga en la personne   Oumarou Sawadogo, militant de la NAFA,  fils de la province. Il sera chargé de travailler pour mieux implémenter la démarche du mouvement en véhiculant  les messages  dans les moindres recoins de la province. 

 

Faso-nord.info         

 

 

 

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *