Ouahigouya : La corruption et ses formes enseignées aux policiers municipaux

« Rôle de la police municipale dans la lutte contre la corruption » c’est le thème d’une formation organisée à l’intention de la police municipale de Ouahigouya les 5 et 6 mars 2021. Cette formation a été organisée grâce à un appui de la Banque mondiale à travers le projet de Transport et de Développement des Infrastructures Urbaines (PTDU)

Ils ont prêté une oreille attentive aux différentes communications

La direction de la police municipale de Ouahigouya compte 38 policiers municipaux œuvrant pour la sécurité des citoyens, la protection des biens privés et publics et l’accompagnement du conseil municipal dans ses missions. En contact permanent avec la population, ils sont exposés à la corruption. Les différents rapports du Réseau national anti-corruption en disent long sur l’existence des faits de corruption dans les rangs de la police municipale.  

Circonscrire la gangrène

Le formateur a fait avec les participants un tour d’horizon sur les différents éléments liés à la corruption

C’est pour circonscrire l’étendue de la gangrène que la mairie de Ouahigouya a décidé en collaboration avec ses partenaires notamment la Banque mondiale et le projet de Transport et de Développement des Infrastructures Urbaines (PTDU) d’outiller une vingtaine d’agents sur la corruption, ses formes, les dispositions prises et les compétences à disposer pour sensibiliser la population.

                      Apprendre et combattre                 

Des exercices traités au cours de la formation ont permis de comprendre que la perception de la corruption au sein de la police municipale n’est pas une vue de l’esprit

L’objectif poursuivie par la mairie en organisant cette session de renforcement des capacités est claire. « Améliorer les connaissances du personnel de la police municipale sur la corruption afin qu’il puisse contribuer à la combattre ». Un consultant averti en la personne de Boureima Sawadogo, magistrat de profession en service au Tribunal de Grande Instance de Koudougou a discuté pendant deux jours   avec les participants sur les différents éléments liés à ce fléau.

Comprendre et sensibiliser

Formateur , le magistrat Boureima Sawadogo a souligné la nécessité pour tous les acteurs de maitriser la loi CNT 2015 portant sur la corruption au Burkina Faso . Il informe également que la loi s’applique aux corrupteurs et aux corrompus

Il a fait un tour d’horizon sur les différentes types et formes de corruption existant au Burkina Faso, les sanctions prévues en cas de corruption, le rôle du policier municipal dans la lutte contre la corruption, les dispositions à prendre, et les compétences à développer pour sensibiliser la population.

Désormais ils ont les compétences pour dissuader ceux qui sont tentés de les corrompre

Boureima Sawadogo a fourni à ses interlocuteurs tous les détails sur la loi CNT -2015 sur la corruption au Burkina Faso « Cette loi est fondamentale et il faut que tous les acteurs maîtrisent tous ses contours » fait savoir le consultant. Il a aussi expliqué que les différents exercices traités au cours de la formation ont permis aux participants de comprendre que la perception de la corruption qui se développe au sein de la police municipale n’est pas une vue de l’esprit.

Dissuader les corrupteurs

Selon l’assistant Jean Ouédraogo , les connaissances acquises leur permettront de mieux assumer leurs missions sur le terrain

« A l’issue de cette formation nous disposons de tous les éléments nécessaires pour exécuter nos missions en évitant les comportements tendancieux nous exposant à la corruption. Nous sommes à même de dissuader les individus qui seraient tentés de s’adonner aux actes de corruption » se réjoui l’assistant de police Jean Ouédraogo.  Le sous-brigadier Ousmane Ouédraogo a apprécié cette initiative d’outiller la police municipale sur la corruption.

Piqûre de rappel

Selon le sous brigadier de la police municipale Ousmane Ouédraogo , il est nécessaire de mettre les acteurs au même niveau d’information sur la loi portant sur la corruption

Il reconnait que leur service est véritablement proche de la population et il faut une piqûre de rappel afin de les protéger contre la tentation. Il souhaite également que les citoyens d’une manière générale soit au même niveau d’information comme quoi s’il y a des corrompus, il y a des corrupteurs. Une idée partagée par le magistrat Boureima Sawadogo qui rappelle que la loi sanctionne les auteurs et les bénéficiaires de la corruption

Gouvernance vertueuse

Photo de famille à la fin de la formation

L’homme de droit a apprécié l’intérêt que les participants ont accordé à ses communications. Pour lui, le choix de ce thème sur la corruption, objet de cette session de formation traduit la quête d’une gouvernance vertueuse par les autorités communales et ses partenaires.

Inoussa Ouédraogo 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *