Ouahigouya : Le DG du CHUR se fend d’une lettre d’intimidation

Après le point de presse du 9 juin 2020 de la Coalition Contre la Vie Chère de la section provinciale du Yatenga, l’évocation du mauvais fonctionnement des services du Centre hospitalier universitaire  régional  de Ouahigouya semble irriter son directeur général. Il s’est  fendu d’une note d’information en date du 11 juin 2020 dans laquelle il menace de prendre des sanctions disciplinaires ou de traduire en justice tout auteur  de divulgation d’informations sur la structure.

Le présidium lors de la conférence

« Le directeur général du CHUR de Ouahigouya informe l’ensemble du personnel, les directeurs, les chefs de services et les SUS/SUT que la communication d’informations sur l’hôpital, l’ouverture des services aux entités extérieures restent soumises à autorisation préalable de la direction générale ou de la hiérarchie de l’hôpital. En conséquence, toute personne non habilitée qui se rendrait coupable de diffusion d’informations non officielles et /ou mensongères  sera passible de sanctions disciplinaires 

Du reste, le Directeur général invite chacun à prendre connaissance des articles 45 et 49  de la loi N°57 portant la Fonction publique hospitalière et à les mettre en œuvre. Le CHUR de Ouahigouya se réserve désormais le droit d’attraire en justice tout auteur de la divulgation de fausses informations sur la structure » c’est le contenu de la lettre du DG , Bassidou Saré en date du 11 juin 2020.Cette lettre se veut-t-elle une réplique à la conférence de presse de la coalition provinciale  du yatenga contre la vie chère sur la situation  du CHUR de Ouahigouya. Si ce n’est pas cela, il y a tout de même une coïncidence troublante.

Prendre les usagers pour des incrédules

Est-ce à croire  que la fermeture du service de l’imagerie médicale à plusieurs reprises ces derniers temps pour cause de pannes des appareils, l’incapacité du service du laboratoire à effectuer les examens médicaux, la panne de l’autoclave, le manque criard de matériel de travail  en chirurgie, le manque de chaises et de fils dentaire en ondonto à une certaine période , le manque d’eau , les coupures intempestives d’électricité , l’insuffisance des locaux pour les médecins spécialistes , sont des fausses informations divulguées par le personnel  . A moins de prendre les usagers du CHUR pour des incrédules, quand ils  se rendent  dans un service pour une prise en charge  sans  trouver satisfaction, ils savent  automatiquement  que  quelque chose  cloche. N’ont –t- ils   pas le droit  de chercher à comprendre ce qui ne va ? Les agents peuvent –t- ils – ils être aussi méprisants  pour ne pas les répondre ?

A défaut d’ une prise en charge, déposer plainte contre le DG

 Il faut rappeler que le CHUR de Ouahigouya est un service public au service de la population  et ceux qui sont en charge de sa  gestion ont l’obligation de rendre compte et de  se soumettre aux exigences de la redevabilité  auxquelles toutes les structures des services publics  sont soumises. Ou alors à chaque fois  qu’un patient ne trouve pas satisfaction  quant à une prise en charge pour cause de dysfonctionnement d’un appareil biomédical, qu’il dépose une plainte contre le directeur général, parce que le bon fonctionnement de la  structure sanitaire est de sa responsabilité . Espérons que les organisations de défense des droits humains seront présents pour encadrer tous les insatisfaits à défendre leurs droits. Qu’en est-t-il des déclarations écrites  et publiées  de temps en temps par les syndicats  pour prendre l’opinion à témoins sur la précarité de leurs conditions dues aux pannes des appareils, à la rupture de stocks de réactifs et autres. Celles-ci tombent –elles sous le coup de la divulgation d’information  passible de poursuites judiciaires. L’avenir nous le dira.

Prendre l’ombre pour la proie

  Cette sortie du directeur général ressemble à ce que  certains considèrent comme   prendre l’ombre pour la proie, sinon une fuite de responsabilité . Peut –être si le signataire de ladite note d’information  mettait autant d’entrain dans le respect  de  ses devoirs, beaucoup de problèmes auraient été minimisés et aucun agent ne perdrait son temps pour divulguer des problèmes qui n’existent pas  ou des faussetés. Dans tous les cas, il aurait fallu que les syndicats donnent de la voix tout dernièrement à travers une grève de 48 heures, que les interpellations se multiplient dans la presse et les réseaux sociaux pour que les choses bougent au sein du CHUR de Ouahigouya.

On attend que le DG, Bassidou Saré mette autant de célérité quant à résoudre les problèmes du CHUR , comme il le fait quand il s’agit de diffuser des notes d’information sous forme de menaces ,

La situation évolue dans le bon sens.

Il nous revient que depuis le passage de Mme le ministre de la santé au cours du mois de mai,soldé  par une rencontre avec les différents acteurs devant accoucher d’une feuille route et d’ un comité de suivi, la situation évolue dans le bon sens. On aurait trouvé des réactifs pour les examens médicaux au laboratoire et les films pour le tirage des résultats des examens en radiologie. L’autoclave au niveau de la chirurgie aurait été réparé. Beaucoup de manquements relevés  pour être solutionnés sont en train d’être résolus par l’administration hospitalière avant même que les acteurs s’accordent sur les différents points de la dite feuille de route et de sa stratégie de mise en œuvre.

Que chacun assume sa part de responsabilité

Tout ce qu’on demande au DG, c’est  qu’il assume sa part de responsabilité, qu’il montre une certaine célérité à trouver des solutions aux problèmes qui  surviennent pour permettre aux autres d’assumer sereinement leurs tâches. Les travailleurs ne demandent que de meilleures conditions de travail et les patients  ne demandent qu’à être correctement pris en charge. « Point, barre » comme qui dirai!  Si les choses se passent ainsi, le DG peut être sûr,  que de la profondeur de son fauteuil douillet, il bouffera tranquillement son naam. Dans le cas contraire, si les manquements handicapant la prise en charge des malades se multiplient et   tardent à être remédiés, qu’il souffre de les voir exposés à la place publique au risque d’une violation des articles 45 à 49 de la N°057 portant la fonction publique hospitalière. Il est mieux de rester en vie en prison que d’être enterrés les 4 pieds sous terre.

   Restaurer la confidentialité dans l’administration

Mais le Directeur général du CHUR de Ouahigouya n’a peut- être pas totalement tort. Sous ce régime de Roch Marc Christian Kaboré où les documents confidentiels fuitent de partout, de la  Présidence du Faso, de la primature, des casernes militaires, des départements ministériels, des institutions judiciaires  et autres,si au CHUR de Ouahigouya on a les couilles de traduire un agent où un diffuseur d’informations en justice, ça servira peut-être de leçons à ceux qui font fuiter les documents sous le nez et la barbe du président de la république , des ministres , des juges et responsables militaires . Il ne manquera pas de gens qui applaudiront que l’exemple soit venu de Ouahigouya.

Faso nord info

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *