Ouahigouya : Le parti de l’éléphant a fêté Tabaski avec les déplacées

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Les déplacés internes de la commune de Arbinda dans la région du Sahel et de Sollé, dans la région du Nord présentement  installés à Ouahigouya ont reçu le samedi 10 août 2019 des vivres pour la  fête de Tabaski . Ce don du président de l’ADF-RDA , Gilbert Noel Ouédraogo  est  composé  de 3 tonnes de   riz  et  de 15 bidons d’huile 

 

 

 

« Ce geste à l’endroit de nos frères et sœurs est une action de solidarité qui rentre dans le cadre de nos œuvres sociales de tous les temps. Après les personnes en situation de handicap, nous sommes face à nos frères et sœurs qui se sont déplacés du fait de l’insécurité. Et comme, j’ai toujours été au côté de personnes en détresse, je ne pouvais pas ne pas avoir une pensée à l’endroit de  ces personnes venues de zones à hautes insécurité.  A la veille donc de cette fête musulmane, nous n’avons pas voulu faire cette réjouissance sans eux. Nous avons pu avoir une modique contribution alimentaire pour ces personnes en détresse » a indiqué le président du parti Gilbert Noel Ouédraogo.

Des propos qui ont recueillis des applaudissements des 650 déplacés sur ce site situé en périphérie de la ville au secteur 9 de Ouahigouya . 

En faire un bon usage 

Le directeur régional de la Femme, de la Solidarité nationale  et de l’Action humanitaire  Leonard Konsi Sawadogo  a traduit ses reconnaissances à l’endroit du donateur, avant d’inviter les bénéficiaires à   faire  bon usage des vivres. Le porte-parole de déplacés, Soulé Yacouba a d’abord traduit sa  reconnaissance à l’ensemble de la  population de la zone d’accueil pour leur  sens de l’hospitalité. Revenant sur le geste du président  de l’ADF RDA, il a indiqué qu’il vient à point nommé. « Nous étions  sur le point d’aller en ville pour chercher de quoi célébrer la tabaski. Mais grâce à cette pensée  positive du donateur, nos enfants fêteront  comme les autres . Ils ne seront plus habités par un sentiment d’exclusion . Nous prions que la paix revienne au Faso pour que nous quittions cet état de fait » déclare   le porte-parole.

le moral  retrouvé doucement à Ouahigouya, grâce aux actions de solidarité

Ganamé Mariam relate avoir vécu un traumatisme inqualifiable en assistant impuissante à la tuerie des membres de sa famille . Elle dit  retrouver  doucement le moral depuis son arrivée à Ouahigouya, grâce aux actions de solidarité. Plusieurs de  ses compagnons témoigne-t-elle,  au bord de la dépression quand ils arrivaient dans la cité  de Naba-Kango  ont retrouvé une vie normale. Dans la province du Yatenga, chef-lieu de la région du Nord, on dénombre plus de 7000 déplacées internes et demandeurs d’asile.

Faso-nord.info        

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *