Ouahigouya : Un homme découpe le corps de sa femme .

A-t-on jeté un mauvais sort sur la cité de Naba-Kango ? Bien malin qui saurait répondre. Les actes criminels des hommes sur les femmes sont récurrents, inquiétants et révoltants. Après celui qui a égorgé sa femme avec un couteau au secteur 8 de Ouahigouya le 02 mai 2021, le second qui a ôté la vie de son épouse en la poignardant avec  une barra-mine le 18 mai 2021, nous venons d’apprendre qu’au cours de la nuit du mercredi au jeudi 27 mai 2021, un autre homme a tailladé le corps de sa femme avec une arme blanche.

Sacrée veinarde, cette victime n’a pas perdu la vie mais s’en est sortie avec  de graves blessures. Ses doigts ont failli être enlevés et elle s’est retrouvée avec  des plaies béantes sur le visage et sur  plusieurs autres  parties  du corps. Urgemment transportée au Centre hospitalier régional de Ouahigouya, les forces de sécurité sont venues faire la constatation au cours de la matinée du jeudi 27 mai 2021. C’est aux environs de 11 heures ce même jour que la blessée a été  introduite dans le bloc opératoire du Centre hospitalier universitaire régional  de  Ouahigouya pour des soins. Aux dernières nouvelles, la vie de la pauvre dame serait hors de danger. Selon nos recoupements, venues une première fois   au domicile du  présumé auteur  de l’acte  criminel, les forces de sécurité  auraient repliées  pour mieux se préparer avant de revenir, soupçonnant  leur « client » d’être  enfermé  muni d’armes.

                                            Disparu dans la nature

Le fautif aurait profité de ce temps pour disparaitre dans la nature.  Celle qui a subi la barbarie de son conjoint a mis au monde  un  enfant de ce dernier. Elle est âgé de 30 ans et ne vivrait pas avec son agresseur sous le même toit . Elle se serait réveillée au cours de la nuit et a surpris le père de son enfant en train de fouiller ses affaires . Quand elle a voulu savoir l’objet sa présence et ce qu’il recherche dans ses affaires , qu’il a commencé à la charcuter comme un morceau de viande . Un acte ignoble et  de trop qui va irriter, attrister les paisibles citoyens de la ville de Ouahigouya, sinon assombrir  l’image de cette cité   . Il est temps que les différentes forces  réfléchissent à comment exorciser cette sauvagerie des hommes sur les femmes dans cette localité. Un phénomène qui se répand comme une maladie contagieuse.

Faso-nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *