Paix et Promotion des droits : Un projet pour forger des jeunes des régions du Nord, l’Est et le Sahel.

La salle de mariages de la mairie de Ouahigouya a abrité   ce lundi 15 mars 2021, le lancement du « Projet d’appui à la promotion et à la protection des jeunes consolidateurs de la paix et de défenseurs des droits de la personne ». La cérémonie de lancement a été présidée par le ministre de la Justice et de la Promotion des Droits humains, Garde des sceaux, madame Victoria Ouédraogo/Kibora, en présence de   madame Isabelle Tschan, Représentante Résidente Adjointe du PNUD. Étaient également présents,Salfo Kaboré, gouverneur de la région du sahel   Justin Somé, gouverneur de la région du Nord et le maire de la commune de Ouahigouya, Boureima Basile Ouédraogo.

Le présidium lors de la cérémonie de lancement du projet

 D’une durée de 18 mois, le « Projet d’appui à la promotion et à la protection des jeunes consolidateurs    de la paix et de défenseurs des droits de la personne » est une initiative du Programme des Nations Unies pour le Développement, du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA). Il résulte d’un appel à projet soumis par ces 3 agences   au fonds des Nations Unies pour la paix. Ce projet sera conduit dans trois régions du Burkina à savoir le Nord, le Sahel et l’Est, les plus touchés par l’insécurité. Deux provinces   de chacune des trois régions bénéficieront des activités du projet. Dans chacune des deux provinces, le projet sera mis en œuvre dans deux communes.

Promotion et protection de jeunes filles et garçons

La représentante résidente adjointe du PNUD informe que les connaissances des jeunes seront renforcées sur les mécanismes endogènes de gestion des conflits et la participation à la prise de décision

A entendre la représentante résidente adjointe du PNUD, Mme Isabelle Tschan, le projet vise à renforcer les mécanismes de promotion et de protection des jeunes filles et garçons défenseurs des droits, à faciliter l’accès des jeunes filles et garçons défenseurs de droits aux mécanismes de protection en contribuant à leur autonomisation économique et leur implication à la prise de décision.

En plus du renforcement de leurs capacités sur la promotion de la paix et des droits humains , les jeunes seront accompagnés dans des projets de création d’emplois

Il vise aussi à intégrer les jeunes filles et garçons consolidateurs de paix et défenseurs des droits de la personne dans les mécanismes de prévention et de gestion de conflits locaux.

                                     Une mission à soutenir

 « C’est un projet dont l’importance n’est plus à démontré surtout au regard du contexte sécuritaire actuel. La promotion et la protection des jeunes consolidateurs de la paix s’avère être une mission que nous devons soutenir » soutient le maire Boureima Basile Ouédraogo.

Le maire de la commune de Ouahigouya , Boureima Basile Ouédraogo a traduit la disponibilité des responsables communes bénéficiaires à soutenir la mise en œuvre de ce projet

Il se montre fier de savoir que ce projet permettra de revisiter nos us et coutumes pour permettre leur appropriation par les jeunes et en retenir nos valeurs traditionnelles qui peuvent consolider nos lois et textes en vigueur.  Toute chose selon lui contribuant à mettre sur orbite les mécanismes endogènes de résolution des conflits.

Pour le président du conseil régional de la jeunesse du Nord, ce projet est une belle opportunité pour les jeunes

Le président du conseil régional de la jeunesse du Nord trouve pour sa part est une véritable aubaine pour les jeunes . il souligne que de nombreux jeunes s’estimant des laissés pour compte se laisse bernés par des manipulateurs , c’est pourquoi il estime qu’il faut se pencher sur la question de l’employabilité des jeunes d’où toute la pertinence de ce projet .

Mme le ministre de la justice séduite

Pour Mme le ministre de la justice , donner de l’emploi aux jeunes dans ce contexte d’insécurité est salvateur

La ministre de la justice   est séduite par les actions que ce projet se propose de mettre en œuvre. Pour elle, dans ce contexte d’insécurité où les jeunes sont tentés par la radicalisation et l’extrémisme violent, occuper ces jeunes par des activités est salvateur. L’insécurité est en partie liée à l’oisiveté des jeunes et se convainc la patronne du département de la justice, le PNUD, l’ UNICEF, l’UNFPA font œuvre utile en déroulant ce projet dans ces 3 régions du pays en leur proposant des emplois.  

Identifier les priorités des jeunes

Commune entre autorités administratives , responsables du projet et certains beneficiaires

« Dans les communes ciblées, nous allons travailler avec la jeunesse. Nous allons faire des consultations avec les jeunes de ces communes pour identifier leurs priorités pour la mise en œuvre de ce projet. Un autre élément de ce projet, c’est aussi de faciliter le dialogue entre jeunes et les autorités locales, mais aussi avec les autorités coutumières et traditionnelles » a indiqué la représentante résidente adjointe du PNUD, Mme Isabelle Tschan.

Vision et objectifs du projet          

A l’issue des communications les participants ont posé de nombreuses questions pour mieux comprendre la démarche du projet

Cette cérémonie de lancement a été marquée par des communications sur les cas d’atteintes aux droits humains dans ce contexte d’insécurité, la violation des doits humains sur le plan traditionnel.

Le DR de l’économie et de la planification du Nord fait parti de ceux qui ont apporté des contributions dans le sens de faciliter la mise en œuvre du projet

Les lanternes des participants ont été éclairées sur le projet, ses objectifs, sa vision, ses attentes et le rôle des jeunes garçons et filles dans le processus de consolidateurs de la paix et défenseurs des droits de la personne.

Inoussa Ouédraogo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *