Paix et vivre-ensemble : Les hommes de média comme facilitateurs

Le CDC Ouahigouya en collaboration avec l’Union Fraternelle des Croyants(UFC) de Dori et leur partenaire technique et financier qui est l’ambassade du Royaume des Pays-bas ont organisé à Ouahigouya à travers le projet « Promotion du Dialogue Interreligieux et du Vivre-ensemble » (Pro-DIVE) un atelier au profit des hommes de média de la région du nord, le mardi 22 décembre 2020. Ce séminaire vise à terme, à en croire les organisateurs, de mieux outiller les communicateurs de cette partie du pays afin  qu’ils  soient des vecteurs de paix et des facilitateurs du dialogue interreligieux gage du bien vivre-ensemble au Burkina-Faso.

« Les conflits intra et intercommunautaires, l’intégrisme religieux, l’extrémisme violent, la radicalisation, le terrorisme et les violences liées aux différences de plus en plus vives sapent le vivre harmonieux des communautés. » Abdoulaye Joseph Ouédraogo, responsable du projet Pro-DIVE . C’est ce qui justifie la mise en place de ce projet qui se fixe pour but un dialogue fructueux entre les religieux et les différentes communautés . convaincus que les journalistes peuvent jouer un rôle important pour un meilleur vivre ensemble au Burkina Faso , Pro-DIVE a jugé utile de les outiller .

                           Interreligieux, interculturels, vivre ensemble 

Pour ce faire, le CDC /Ouahigouya a sollicité les services de l’abbé Gabriel Kindo, un féru des questions interreligieuses, interculturelles et du vivre-ensemble. Ce communicateur très avisé a tenu en haleine les participants à travers deux exposés. Dans sa première communication, abbé Kindo a fourni des explications claires sur les notions d’interreligieux, interculturels et vivre-ensemble. A entendre le formateur, le bien vivre-ensemble est conditionné par le dialogue entre les religieux des différentes confessions et les diverses cultures qui caractérisent les populations du Burkina-Faso. Gabriel Kindo a souligné avec force le rôle prépondérant des hommes de média dans la facilitation d’échanges fructueux entre les communautés.

Le second thème du jour a porté sur les exigences de religion en matière de dialogue. Au cours de cette communication, les journalistes ont pu noter que le dialogue interreligieux doit être mené par des érudits de la religion pour éviter certaines dérives.

                                      Produire des émissions

 A l’issue de ces communications, les participants ont proposé des canevas de travaux à partir desquels ils mettront en œuvre les exigences du dialogue interreligieux, interculturel et du vivre-ensemble. En clair, c’est à travers les tables-rondes, les interviews, les microprogrammes et autres émissions que les journalistes feront le plaidoyer auprès des leaders d’opinions.

A la fin des travaux, monsieur Aristide Kouraogo du CDC Ouahigouya a rassuré les hommes de média de leur disposition à les accompagner à la réalisation des productions sur cette thématique. Ce sont des communicateurs désormais mieux outillés qui se sont quittés dans une bonne ambiance.

Inamé K Norbert

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *