Programme d’Urgence pour le Sahel au Nord : Les maires veulent être mieux impliqués

image_pdfImprimerimage_printImprimer

La salle de conférence  de la direction régionale de l’Economie et de la Planification du Nord a abrité le lundi 25 février 2019  une rencontre d’échanges entre les membres du cadre de concertation régional du Programme d’Urgence pour le Sahel (PUS). L’objectif visé, faire l’état des lieux de la mise en œuvre du programme de l’année 2018 et proposer les grandes lignes pour 2019. C’était en présences  du gouverneur de la région du Nord Hassane Sawadogo , de Mme le  député Marie-Rose Ouédraogo , des Hauts Commissaires des provinces concernées, des responsables des forces de sécurité  et   de nombreux élus locaux.

 

 

C’est dans un contexte d’insécurité et de difficultés dues au retard de financements que le Programme d’Urgence pour le Sahel a été exécuté pour l’année 2018. C’est au total 148 actions exécutées et 137 en cours, soit un taux d’exécution de 51,93%. Dans le domaine de l’éducation, la commune de Kain bénéficie d’un complexe scolaire équipé de latrines, de forage et de logements.  Thiou a été doté de trois salles de classes et  de latrines. Au compte du ministère de l’urbanisme et de l’habitat, le PUS a de la levée de la suspension des activités du lotissement  par  l’état pour réaliser des  projets  de lotissement dans les  communes de Sollé et de Kain.

                           Bitumage de la route Ouahigouya-Djibo

Au niveau des infrastructures , des études ont également été menées pour  le bitumage de l’axe Ouahigouya-Djibo. Au compte du ministère de l’économie numérique, Kain et Banh ont bénéficié d’une subvention de l’Etat auprès des opérateurs de communications pour permettre une bonne fluidité des communications. La question sécuritaire reste au centre des priorités du PUS, la réhabilitation et la construction du commissariat territorial de la commune de Sollé, selon Ousmane Ouandaogo, « est en cours »  et la brigade territoriale de Thiou est entrain d’être réfectionnée, le commissariat de police   de Kain est également en construction. De nombreuses actions ont été aussi réalisées dans le domaine des ressources animales. Selon Ousmane Ouandaogo, représentant du directeur générale du développement territoriale, bien que des actions fortes ont été menées, le projet a connu quelques difficultés majeurs dues au retard d’exécution et surtout aux incidents de sécurité à cause des attaques terroristes. Il rassure , soutenant  que , des mesures ont été prises pour accompagner les entrepreneurs afin de permettre une meilleure mise en œuvre du programme.

                                 Insuffisance de communication

Les maires des communes concernées sont revenus sur le manque de communication entre les acteurs du programme et les élus locaux. Pour ces derniers, ils ne se sentent pas concernés par la mise en œuvre du programme dans la mesure où des actions sont entreprises dans leurs communes sans qu’ils ne soient informés. Les différentes préoccupations des acteurs ont été prises en compte et de ces échanges des  recommandations ont  été retenues.  Ce sont entre autres, la nécessité d’accélérer l’élaboration du projet en 2019, la prise de mesures en amont pour sécuriser l’exécution des travaux et la capitalisation des activités réalisées hors programme des ministères. Le Programme d’Urgence pour le Sahel et la région du nord a été mis en place au regard de l’insécurité qui sévit dans ces zones et surtout de leur faible développement économique et social.

Alceny DIALLO , stagiaire

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *