Région du nord : 9 communes dans le viseur de l’insécurité alimentaire

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Le 31 décembre 2019, la salle de réunion de la direction régionale de l’Economie et de la planification du Nord a abrité la dernière  session du cadre de concertation régionale de l’année 2019. Présidée   par le gouverneur de la région du nord Justin Somé, elle a réuni les différents directeurs régionaux des services déconcentrés, les hauts – commissaires des 4 provinces et bien d’autres membres. A l’ordre du jour,  il était question de présenter la situation alimentaire dans la région du nord et  la loi034-2018/AN du 27 juillet 2018 portant pilotage et gestion du développement.

 

 

 

Dans son mot d’ouverture, le gouverneur de la région du nord, Justin Somé  a d’abord salué   les participants pour leur présence. De façon générale, on peut retenir que la situation alimentaire est peu reluisante. Même si les indicateurs montrent quelques signes de satisfaction dans certaines provinces, d’autres par contre comme le Lorum sont inquiétants. Plusieurs facteurs expliquent cet état de fait, souligne le directeur régional de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Adama Borro. Il cite entre autres, l’installation tardive de la campagne, les attaques des chenilles lésionnaires. Aussi la crise sécuritaire ajoutée à la mauvaise pluviométrie indique-t-il  a joué en défaveur de la production agricole. A écouter le communicateur, si n’est rien fait on risque d’assister à une catastrophe alimentaire dans certaines provinces. Quelques pistes de solutions ont été proposées.

  Situation critique dans 09 communes

A entendre le directeur régional de l’Agriculture, il faut renforcer la veille et les capacités d’intervention contre la chenille légionnaire, assurer une disponibilité permanente dans les points de ventes, privilégier les régions présentant un faible taux de production. Quant à la situation pastorale, elle n’est guère reluisante, on peut noter entre autres la faible disponibilité fourragère comparée à la même période de 2018 et à la normale, une insécurité limitant l’accessibilité aux zones de pâturages. Pour les perspectives le directeur précise qu’il faut maintenir les prix bas des céréales les deux prochains mois. Au total huit (9) communes exposées à des risques d’insécurité alimentaire : Pilimpikou, Bokin (Passoré), Banh, Sollé, Ouindigui et Titao (Loroum), Tougo (Zondoma), Tangaye et Kaïn (Yatenga).

La loi 034-2018/AN du 27 juillet 2018 portant pilotage et gestion du développement

Présenté par le directeur régional de l’économie et de la planification, Sanousso Savadogo, il a d’abord dépeint de façon précise le contexte dans lequel cette loi a été adopté. « Le Burkina Faso depuis les indépendances a joué un rôle important dans la gestion du développement en adoptant la planification comme instrument de gestion de l’économie nationale. Cependant après plusieurs décennies d’élaboration, des insuffisances ont été constatées ». Précise-t-il comme pour planter le décor. C’est donc dans le cadre d’une meilleure organisation que cette loi a été adoptée. Lors de sa présentation, il est passé au peigne fin le processus d’élaboration de la loi, le système national de planification, les études exploratoires, la planification stratégique et opérationnelle ! En somme, il a décrypté la loi au profit des participants.

    Echanges fructueux

Les multiples échanges qui ont suivi les deux communications justifient amplement l’intérêt porté à l’ordre du jour. Dans son mot de clôture, le gouverneur de la région du nord note sa satisfaction de la tenue de l’activité, « je me suis satisfait de la tenue de cette  session du cadre de concertation et de votre participation combien précieuse. Merci pour les brillants exposés que vous  nous aviez  gratifiés » a  apprécié Justin Somé. Il a terminé  en invitant les uns et les autres à être des relais d’informations auprès de leurs services respectifs.

Alceny Diallo /Faso nord info

 

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *