Résilience des communautés vulnérables du Soum et Loroum  : L’ONG AIDOS outille des élus locaux de Titao , Ouindigui et Pobé-Mengao

image_pdfImprimerimage_printImprimer

L’Association Italienne Femmes pour développement (AIDOS), a initié une  formation des élus locaux des communes de Titao ,Ouindigui et Pobé-mengao du 4 au 5 mai 2018 à Ouahigouya.  C’est après les élus des communes de Djibo ,Tongomael , Kelbo, que ces  élus viennentd’êtreformés sur les thématiques liés à la santé sexuelle de la reproduction, la planification familiale(SR/PF) , l’abandon des Mutilations génitales féminines (MGF) et la violence basée sur le genre(VBG).

 

 

« Renforcer les compétences des élus locaux  des six communes de la zone d’intervention du« Programme « LRRD » en matière de la santé de la reproduction, y compris la santé maternelle et infantile, la planification familiale, le VIH SIDA,l’abandon des mutilations génitales féminines et la violence basée sur le genre » tels sont les principaux objectifs poursuivis par les responsables de l’ONG AIDOS en formant 24 élus locaux des communes de Titao , Ouindigui et Pobé-Mengao à Ouahigouya. Pour le Consultant AIDOS chargée  de la composante AIDOS-Burkina, Sinkondo  Y. Isidore, les participants doivent à l’issue de cet atelier- plaidoyer,élaborer des micros plans sur les priorités identifiées par thème et par commune. Et d’ajouter que sa structure se  chargera du suivi de ces activités pour que ces micros plans sur les trois thématiques  soient inscrits avec une ligne claire dans les Plans Communaux De Développement..Les deux jours seront dédiés à des communications sur la santé de la reproduction, la planification familiale, les droits en matière de santé sexuelle au Burkina, les mutilations génitales féminines, et les violences sexuelles basées sur le genre.
 Et c’est ainsi que durant ces 48 heures,  des priorités ont été identifiées et converties en micro programmes en référence aux trois thèmes de AIDOS.

De l’engagement des maires des communes de la zone de couverture

Au sortir de ces travaux, le maire de la commune de Pobé-Mengao, COEFE Hubert Charles Marie, aux nom des autres maires présents, s’est dit satisfait de cette formation et voit  une grande opportunité qui est donnée aux élus de mieux intégrer les questions pointues de lutte pour la Santé des populations. Et d’ajouter que le plaidoyer de AIDOS sera sans doute pris en compte dans des lignes précis dans les programmes de développement de leurs communes. Les Six (6) maires des communes Titao, Ouindigui, Djibo ,Kelbo, Tongomayel et Pobemengao ont pris l’engagement d’intégrer ces  priorités dans les PCD sous forme d’inscription d’une ligne spéciales dédiée à la Santé Sexuelle et Reproductives/PF décortiquer tous les cigles, les MGF décortiqués et les VBG décortiquées . Dans son mot de clôture, le directeur régional de la santé du Nord, Docteur Hamado Traoré  s’est réjoui de l’engagement des présidents des conseils municipaux  des six communes à intégrer ces aspects dans leur vison de développement des communes.  Il a donc souhaité que cet élan soit pérennisé afin de renforcer la résilience des communautés vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les zones septentrionales au Burkina Faso , constitué d’un consortium de  onze organisations. Le consortium des onze ONG est composé de  LVIA, ONG CISV, ONG GVC, ONG IRC, ONG CEAS, ONG PMM, ONG ReachItalia,ONG AIDOS, le CRUS et la FNGN. Travaillant en synergie grâce au financement de l’Union européenne à travers son Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU) pour l’Afrique dont LVIA  (Association Internationales des volontaires) est le chef de file.  En rappel cette activité se tient dans le cadre Programme LRRD de renforcement de la résilience des communautés vulnérables dans le Soum et Loroum  avec le renforcement des capacités des élus locaux concernés à Ouahigouya.

Faso nord info

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *