Semaine scolaire d’éducation à la citoyenneté : Le lycée Yamwaya accueille la cérémonie de lancement

Le lundi 29 novembre 2021 a eu lieu au sein du lycée Yamwaya de Ouahigouya le lancement régional officiel des activités de la sixième édition de la semaine scolaire d’éducation à la citoyenneté (SeSECi). C’était en présence de Madame Aminata Tarnagda, haut-commissaire de la province du Yatenga, représentant le gouverneur de la région du Nord, des autorités éducatives de la région et des élèves dudit établissement.

« Les actes d’incivisme et de violence en milieu scolaire et leurs conséquences sur la qualité des enseignements et des apprentissages », tel fut le thème retenu pour célébrer cette culture de bons citoyens surtout en milieu scolaire. Et pour marquer d’une pierre blanche cette activité d’envergure nationale, les élèves du lycée Yamwaya ont reçu la visite des autorités en cette matinée de lundi. Le premier acte fut la montée des couleurs nationales à 7h30minutes en présence des autorités présentes, du personnel enseignant de ce sanctuaire de connaissances et des nombreux élèves vêtus de leurs tenues kaki.

A l’issue de ce rituel patriotique et citoyen, c’est le délégué élu des élèves du lycée, Léonard Ouédraogo qui prit la parole au nom de tous ses camarades pour traduire leurs mots de bienvenus à leurs hôtes du jour. « Bonjour et bienvenus dans l’enceinte du lycée Yamwaya de Ouahigouya. Notre établissement a l’honneur et le plaisir de vous accueillir pour le lancement des activités de la semaine régionale d’éducation à la citoyenneté », déclare-t-il. Le délégué des élèves a saisi l’occasion pour inviter ses camarades à s’investir dans les activités retenues et à cultiver en permanence le civisme et les actes de bons citoyens.

                        Discours Nationale

Dans le discours du ministre de l’Education Nationale de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales lu par la Haut-Commissaire, il est à noter que dans nos structures éducatives, les apprenants sont de plus en plus des vecteurs d’actes répréhensibles. 

« L’école burkinabè traverse une crise de citoyenneté. Les structures éducatives constituent de nos jours des espaces où se développent des comportements immoraux et antisociaux. La perte de certaines valeurs sociales et culturelles au Burkina Faso ont induit de nouveaux comportements préjudiciables au vivre-ensemble, à la qualité des enseignements et des apprentissages », précise-t-elle. Afin d’attirer l’attention des élèves sur les mauvais actes, la représentante du gouverneur a égrené certains comportements indésirables.

Il s’agit notamment de la violation du règlement intérieur des établissements, les agressions physiques et morales, la destruction des biens matériels et des symboles de l’Etat, les débrayages et les grèves anarchiques et la liste n’est pas exhaustive.

Cette activité de lancement prend en compte les autres provinces de la région que sont le Passoré, le Loroum et le Zondoma.

                            Inoussa Ouedraogo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *