Société minières au Yatenga : Un comité de veille pour protéger les intérêts des populations.

Sur invitation de la Coordination contre la vie chère(CCVC)   section du Yatenga , des Organisations de la société civile du yatenga ont échangé le samedi 23 janvier 2021  au siège de la section provinciale du Mouvement Burkinabé des droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP)   sur le rôle qu’elles doivent jouer afin que les populations tirent profit des activités des sociétés minières.

Les membres de la coordination provinciale contre la vie chère du Yatenga ont invité les OSC à constituer une structure de veille qui se chargera des intérêts aux des populations face à la prolifération des sociétés minières

Au lieu  de contribuer  au bien –être des populations, les activités des mines industrielles, selon le constat des organisations de la société civile se révèlent nuisibles. Accaparement des terres, pollution des points  d’eau, destruction de l’environnement, appauvrissement des populations, saccage des lieux de culte, les mines industrielles sont sources de cauchemar pour les populations impactées par leurs  activités.  Les multiples échauffourées entre  la mine Rivestone Karma et les populations de la commune de Namissiguima, le non-respect  de la convention sur la protection de l’environnement lors de la première phase d’exploitation  de la mine de Kalsaka  en disent long sur les actions nuisibles des sociétés d’exploitation de l’or.

L’initiative de la CCVC a été de regrouper les OSC pour échanger sur les activités miniéres a été fortement appréciée

                            3 sociétés minières en activité

Présentement au Yatenga en plus de la société Rivestone Karma, deux autres sociétés s’activent pour mettre en route leurs activités. Une à Rim dans la commune de Koumbri et une autre à Kalsaka pour une deuxième phase d’exploitation. Au regard des précédents, la section provinciale de la coordination contre la vie chère n’entend pas rester les bras croisés. Elle veut instaurer la culture de la veille citoyenne afin que les intérêts des populations soient mieux protégés. C’est pourquoi elle a convié les organisations de la société civile s’intéressant aux questions minières afin qu’elles unissent leurs forces pour s’imposer comme un  interlocuteur sérieux avec les sociétés minières.

                                                Collecte de données

Des associations ont été retenues pour en faire un noyau qui se chargera de collecter des données sur les activités des sociétés miniéres

A l’issue des échanges au cours de cette rencontre du samedi 23 janvier 2021, les participants ont convenu de la mise en place d’un noyau qui se chargera de collecter des informations sur les activités des sociétés minières. Entres autres structures membres de ce noyau, le MBDHP, le Balai citoyen, l’ORCADE-Namissiguima, les jeunes stylistes etc. Les données collectés par ce noyau seront analysées et décryptées au cours d’une autre  rencontre prévue pour se tenir le 27 février 2021. Cette rencontre sera l’occasion de jeter les bases de la mise en place d’un bureau exécutif  qui se donnera la  légalité et la légitimité   d’agir sur les questions liées aux activités minières.

                                                                                                       Inoussa Ouédraogo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *