Sous-section –SYNATEB-Barga : Les militants prêchent pour une éducation de qualité

L’enceinte de l’école de Lemnogo a été le lieu de convergence des militants de la sous-section SYNATEB de Barga en cette matinée du jeudi 27 mai 2021. Ces inconditionnels du syndicalisme entendent répondre à l’appel du bureau de leur sous-section qui les convie à une journée d’introspection et d’informations.  Pour réussir la rencontre, les organisateurs ont sollicité l’expertise de monsieur Mahamadi Bagaya, SG SYNATEB de la province du Yatenga et coordonnateur régional du mouvement, qui avait à ses côtés monsieur Assami Porgo SGA à l’information et à l’organisation, pour éplucher le thème retenu à l’occasion.

Les militants ont prêté une oreille attentive à la communication sur le thé me  » La contribution du syndicat pour une éducation de qualité »

C’est en patriotes convaincus que les participants du jour ont entonné à l’unisson le Ditanyè avant de planter le décor des activités. Par la suite, le sujet d’échanges à savoir « la contribution du syndicat pour une éducation de qualité. » a été développé avec maestria par sieur Bagaya. Dès l’entame, le conférencier a rappelé que l’éducation est un droit reconnu non seulement par notre constitution mais aussi par la loi 013-2007 et les instruments internationaux ratifiés par le Burkina-Faso.

le conférencier a rappelé que l’éducation est un droit reconnu non seulement par notre constitution mais aussi par la loi 013-2007 et les instruments internationaux ratifiés par le Burkina-Faso.

A entendre Mahamadi Bagaya, le syndicat est le partenaire social à même de veiller à l’application de ces principes cardinaux. Pour lui, le syndicat étant une organisation qui œuvre à l’épanouissement et à la défense des intérêts du peuple souverain se doit de former ses militants pour un bon réinvestissement dans les classes.

                           Culture de la formation permanente

le coordonnateur régional du SYNATEB rappelle qu’une séance d’enseignement/apprentissage ne s’improvise pas

Ainsi, note-t-il, le bon syndicaliste dans l’optique d’assurer une éducation de qualité doit avoir entre autres des valeurs telles que la culture de la formation permanente, l’exécution correcte de ses tâches, la concertation avec les parents d’élèves et s’acquitter régulièrement de ses cotisations syndicales. Revenant spécifiquement sur l’exécution correcte des tâches, le coordonnateur régional du SYNATEB rappelle qu’une séance d’enseignement/apprentissage ne s’improvise pas. Avec l’expérience de tout un chacun, la préparation peut être assez détaillée ou tout simplement ajustée. Cela permet d’éviter les tâtonnements et les retards ou même d’esquiver certaines leçons jugées difficiles, avertit le militant de longues dates.

                          Dégradation de la qualité de l’éducation                                               

C’est un SG, fier de la participation de ses camarades de lutte au sein de la CEB de Barga, qui les a félicités d’avoir rehaussé l’éclat de la journée malgré les conditions sécuritaires assez délétères dans la zone.

 Quant à monsieur Ibrahim Ouédraogo, SG SYNATEB/Barga, le choix du thème trouve son explication dans la dégradation de la qualité de l’éducation dans notre pays. A le suivre, il affirme clairement que ces dernières années, l’école burkinabè est la croisée des chemins. Il est donc juste et bon que le SYNATEB qui travaille sans relâche depuis sa création en 1995 arme ses militants pour que ceux-ci apportent une réponse adéquate allant dans le sens de l’amélioration de l’offre éducative. C’est un SG, fier de la participation de ses camarades de lutte au sein de la CEB de Barga, qui les a félicités d’avoir rehaussé l’éclat de la journée malgré les conditions sécuritaires assez délétères dans la zone.  

              Meilleures prestations dans les classes

A entendre M. Issaka Nacanabo, militant et directeur de l’école de Lemnogo, c’est une journée de partage d’expériences et d’encouragements mutuels.

Les participants rassurent que la pertinence du thème développé constitue un tremplin pour de meilleures prestations dans leurs classes respectives. A entendre M. Issaka Nacanabo, militant et directeur de l’école de Lemnogo, c’est une journée de partage d’expériences et d’encouragements mutuels. Selon lui, ce fut une occasion de se remémorer la déontologie et la conscience professionnelle qu’exige le métier d’enseignant. Il est convaincu que de telles journées renforcent les compétences des acteurs sur le terrain.

                       Impacter les rendements scolaires

« J’invite surtout mes sœurs à redoubler d’efforts pour toujours incarner cette image d’institutrices battantes de la CEB de Barga

Madame Balkissa Ouédraogo de l’école de Dinguiri « A », embouche la même trompette en soutenant qu’elle ressort pétrie de connaissances non seulement en culture syndicale mais aussi et surtout en renseignement sur les droits et devoirs de l’enseignant. A en croire madame Ouédraogo, ces riches savoirs impacteront positivement les rendements scolaires dans nos structures éducatives. « J’invite surtout mes sœurs à redoubler d’efforts pour toujours incarner cette image d’institutrices battantes de la CEB de Barga », a-t-elle conclut.

Rappelons que le maire et son premier adjoint, le CCEB, des sympathisants et quelques membres du bureau APE de l’école hôte ont donné un éclat particulier à cette journée marquée aussi par des jeux de société.    

Inamé K Norbert

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *