Stigmatisation des malades mentaux: L’association Sauvons le Reste sensibilise les populations de Namissiguima

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Dans le cadre de son projet « SECONDE CHANCE », l’Association a organisé une journée de dialogue le Samedi 23 Juin 2018 à Namissiguima dans la province du Yatenga. En partenariat avec l’ONG Christoffel Blinden Mission (CBM), SAULER veut minimiser  les différentes formes de stigmatisations des malades mentaux.C’est sous le thème « problématique des personnes handicapées psychosociales au nord : défis social et communautaire »que cette activité s’est tenue.

 

« L’inaccessibilité  aux soins élémentaires, les regards moqueurs,le rejet de la société, les injures, le manque d’hygiène corporelle, vestimentaires et alimentaire, l’esprit ‘’de condamné mental’’ » tels sont entre autres des formes de stigmatisations dont sont victimes les personnes vivant avec un handicap psychosocial dans nos contrés. C’est pourquoi, l’association SAULER dans sa mission permanente de défense et de protection de cette couche a organisé une journée de dialogue ce Samedi 23 Juin 2018. Tenue à l’espace du marché de Namissiuguima , c’est sous forme d’audience foraine que les échanges ont eu lieu dans le chef lieu de cette commune rurale. Et au président de Sauvons le Reste ,Adama Ouédraogo de souligner que la mise en œuvre du projet ‘’seconde chance’’ a permis de stabiliser des malades mentaux,d’orienter  certains malades aux services psychiatrie du CHU/Ouahigouya et d’interner d’autres en cours de traitement et de socialisation dans le centre d’accueil de SAULER. Pour mieux convaincre, cet échange qui s’est déroulé entre populations et spécialistes de la psychiatrie du CHUR de OUAHIGOUYA en présence des animateurs de SAUVONS le RESTE s’est avéré très fructueux.

Le rejet des personnes vivant avec un handicap psychosocial, une barrière à leur réintégration sociale

Il est donc  ressorti que le rejet des personnes vivant avec un handicap psychosocial constitue une barrière à leur réintégration sociale. C’est pourquoi, le Directeur Provincial de la Femme, de la Solidarité Nationale de la Famille du Yatenga,Konsi Léonard SAVADOGO a salué cette une initiative. A l’entendre, elle  contribuera à  la réintégration de ces personnes ayant un handicap psychosocial. Monsieur Sawadogoa ensuite interpellé les populations sur la situation des malades mentaux. Aussi, il invita les populations à toujours orienter  ces malades vers les centres de traitement. A cette sensibilisation, une communication sur les origines de certaines maladies mentales a été livrée par le chef de service de la psychiatrie du CHUR de Ouahigouya ,Docteur Désiré Nanéma.

La consommation des amphétamines et autres formes de drogue, sources de troubles mentaux

 Le spécialiste de la santé mentale a indiqué  que, si certains problèmes mentaux sont d’origine héréditaire, la  consommation des amphétamines et autres formes de drogue peuvent conduire à des types de troubles mentaux. Saisissant l’occasion,il a appelé les populations à faire des consultations à temps dans les services compétents pour une meilleure prise en charge des patients. Dans  la même lancée, Porgo Souleymane de la direction régionale de la santé du Nord a prodigué des conseils pour une santé mentale plus saine. Il a surtout insisté à l’endroit de la jeunesse de bannir ces consommations de produits prohibés et d’alcoolsfrelatés.Pour finir, des personnes malades mentales en stabilité normale ont fait des témoignages sur leur situation améliorée, grâceau concours de SAULER et de ses partenaires  En rappel, cette association, dans cadre de ce projet dispose un centre d’accueil et de réintégration des malades mentaux à Ouahigouya.

Faso-nord.info

 

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *