Supposé braquage d’un véhicule à Ouahigouya : Un mineur présumé voleur, un adulte menteur

La déclaration luminaire de la Compagnie de Gendarmerie de Ouahigouya lors du  point de presse du mardi 25 octobre 2016Genèse des faits

Le jeudi 13 octobre 2016 aux environ de 6 heures, le sieur Soudré Lassane s’est présenté à la brigade territoriale de gendarmerie de Ouahigouya pour nous déclarer qu’il a été victime d’une attaque à main armée au cour de laquelle son véhicule Toyota 4×4 de couleur grise aurait été emportée par les agresseurs. IL ajoute qu’ils auraient pris la direction de Ouagadougou. Après sa déclaration à la brigade, il a été invité à se rendre à la police pour la même déposition.1-1.jpg

Audition de la victime

L’audition de la victime nous a permis de recueillir les versions suivantes :

-Dans un premier temps, il déclare avoir été agressé entre le lycée Centre d’Excellence et la Cité des Forces Vives par un individu armé die fusil kalachnikov. Il aurait été dépossédé de son véhicule Toyota 4×4 de couleur grise immatriculé 11 SM 0989.

-Dans un second temps, il affirme avoir été agressé entre « Coris Bank » et le lycée « Sainte Marie Fille » par deux individus, l’un armé de fusil kalachnikov et l’autre de pistolet automatique.

-Dans un troisième temps, il est revenu sur l’immatriculation du véhicule en précisant qu’il s’agit de 11 HM 0089 BF au lieu de 11 SM 0989.

-Dans un quatrième temps, il précise qu’il s’est arrêté en face du lycée Sainte Marie Fille pour uriner. C’est quand il a regagné son véhicule que son agresseur lui a pointé le canon de l’arme sur sa nuque en le menaçant de descendre s’il tenait à sa vie. Il s’est exécuté et a vu d’un autre individu armé de PA à côté. Ce dernier portait une tenue militaire rayée ressemblant à la couleur de la tenue treillis « Terre du Burkina ». Il a été constaté de la contradiction et de l’incohérence dans les différentes versions de la victime. Le même jour vers 14 heures, le père de la victime nous a déclaré que le véhicule a été retrouvé au Parc bangre-Weogo à Ouagadougou et conduit à la Brigade Ville de Nongremassom.

Arrestation du présumé auteur

Les renseignements recueillis nous a permis d’interpeller le présumer auteur le 17 octobre 2016 à 19 heures 11 minutes. IL s’agit de SHF, âgé de 17 ans environ élève en classe de 3ème dans un lycée de ouahigouya.

 Audition du présumé auteur         

IL a déclaré que le jeudi 13 octobre 2016 vers 05 heures, il voulait se rendre à Ouagadougou. Il s’est arrêté sur la route nationale numéro 2 non loin du lycée Sainte Marie Fille pour attendre une occasion. C’est ainsi qu’il a aperçu le véhicule Toyota 4×4 passé devant lui et s’arrêter à environ 150 mètres de sa position. Il a vu le conducteur sortir précipitamment pour se soulager. IL s’est approché du véhicule et a constaté que le moteur était toujours en marche. Sachant conduire depuis l’âge de 11 ans, il s’est introduit dans la cabine et a pris la direction de Ouagadougou. A la sortie de Ouahigouya, il a fait une halte pour s’acquitter des frais de péage. IL est arrivé à Ouagadougou vers 07 heures. Après s’être égaré, il s’est retrouvé vers 10 heures au PARC BANGR-WEOGO ou il a abandonné le véhicule en verrouillant les portières. Il a emporté les clés et est revenu à Ouahigouya le dimanche 16 octobre vers 20 heures.

 

                    Confrontation et reconstitution des faits     

Le véhicule a été convoyé à la brigade Territoriale de gendarmerie de Ouahigouya et le vendredi 21 octobre 2016 vers 08 heures, le sieur Soudré Lassané a été convoqué pour la reconstitution des faits. Il lui a été demandé de confirmer sa déclaration sur le supposé braquage dont il aurait été victime le 13 octobre 2016. IL déclare alors qu’en réalité, il n’y avait pas eu de braquage ni d’agression avec armes. Mais compte tenu de la valeur du véhicule, il avait menti sur les circonstances du vol pour mobiliser les forces de défense et de sécurité. Il a donc inventé le scenario pour se couvrir.14671118_1839955769556883_1693218676084315424_n.jpg

Le même jour, de 16 heures 30 minutes à 18 heures, une confrontation et une reconstitution a eu lieu sur le terrain en présence du présumé auteur et de la victime    APPEL                            

La véracité sur cette affaire de braquage de véhicule a été élucidée grâce à la collaboration de certains citoyens.  Nous les exhortons toujours à cultiver le réflexe de la dénonciation à chaque fois qu’ils ont connaissance d’une activité suspecte et à méditer sur l’adage selon lequel « Aider la sécurité, c’est assurer sa propre sécurité » ; Les numéros verts en service à cet effet sont : le 1010, le 16 le 17, le 80001145.

NDLR

Malgré ses fausses déclarations, la victime n’encourt rien comme sanctions à entendre les pandores sauf d’éventuels sermons. Tromper les forces de défense et de sécurité en les amenant à publier de fausses déclarations, mettre l’ensemble des citoyens sur le qui-vive et dans la psychose en ces temps d’attaques des djadistes sous prétexte qu’on veut retrouver un matériel de valeur chopé dans des circonstances où l’idiotie et la négligence se disputent et s’en sortir sans la moindre sanction, c’est à ne rien comprendre. Les délits de mensonge, de fausses déclarations ne sont-ils pas punis par la loi? Le simple fait de provoquer la psychose au sein de la population n’équivaut –t- il pas  à un délit de trouble à l’ordre public ? Si la loi ne sanctionne pas de tels forfaits de certains citoyens lâches ,c’est  de , c’est faire la prime aux fausses déclarations et à la tromperie . Et nos forces de sécurité et de défense risquent de se amener à entreprendre  des actions indignes de leur rang.

Partager

faso nord.info

Journal en ligne (site web) d’informations en ligne pour les citoyens Burkinabè et de la diaspora E-mail: fasonord@gmail.com Téléphone : 60 61 81 41/78 92 87 88 Siège : Ouahigouya /Région du Nord/ Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *