SYNATEB/Yatenga : Les militants vent debout contre les lois antisyndicales

Ce vendredi 28 mai 2021, l’organe dirigeant du Syndicat national des travailleurs de l’éducation de base « SYNATEB)  de la province du Yatenga a convié ses militants pour commémorer les 26 ans d’existence de ce courant syndical né pour participer à l’épanouissement de ses membres. Et pour marquer d’une pierre blanche ce jubilé d’argent, qui mieux que le camarade Bassolma Bazié de la CGTB, surnommé le général, pour raviver la flamme syndicale au sein de la troupe. L’ex-fonctionnaire, s’est fait accompagner par François de Salle Yaméogo, SG national du SYNATEB accueilli par le camarade Mahamadi Bagaya, SG synateb/ Yatenga.

Le SG de la section provinciale micro Mahamadi Bagagnan , le SG du bureau national et le, Francois de Salle Yaméogo , le SG de la CGTB , Balsoma Bazié

« Le syndicalisme révolutionnaire de lutte de classes à l’épreuve du régime MPP », tel était le plat de résistance intellectuel proposé aux militants venus de toutes les sous-sections de bases en cette journée solennelle marquant un quart de siècle de luttes nobles et patriotiques. Et pour décortiquer ce thème interpellateur, le camarade Bassolma Bazié ne s’est fait pas prier.

Pour lui, il n’y a jamais eu et il n’y aura pas une entité politique à même de mettre à genoux le mouvement syndical.

Comme à ses habitudes, l’ancien professeur de SVT du lycée Zinda, a accroché ses interlocuteurs pendant plus d’une heure. Dans son réquisitoire, Bazié a rappelé aux militants des grands jours, la nécessité du mouvement syndical et de la mobilisation permanente. Pour lui, il n’y a jamais eu et il n’y aura pas une entité politique à même de mettre à genoux le mouvement syndical.

                Le syndicat restera débout

A l’en croire, malgré certaines décisions du pouvoir actuel telles que la loi antigrève, la remise à plat des émoluments des travailleurs, l’élargissement de l’IUTS, le mouvement syndical restera debout. Dans sa communication, le SG de la CGTB n’a pas oublié de rappeler l’historique du syndicalisme sur le plan international et national. Il a notamment fait cas de la résolution de nombreuses difficultés qui minent notre société et plus précisément dans le milieu des travailleurs depuis la révolution.

Pour clore son exposé, Bassolma Bazié, demande à l’ensemble des militants de travailler dans le sens de l’unité parce que les devanciers ont tenu le flambeau allumé jusque-là. …  « Je le répète le mouvement syndical restera debout. Il faut craindre surtout quand le mouvement est dans le silence, car le silence de l’eau ne signifie pas qu’elle est incapable  d’engloutir l’éléphant » assène celui adoubé du titre de général dans le milieu syndical

           Les élèves peuvent interpeller le gouvernement

Les deux responsables syndicaux sont venus remonter le moral de la troupe

Quant à François de Salle Yaméogo, SG national du SYNATEB, le choix de ce thème répond aux réalités que traversent le monde éducatif. A l’entendre, face aux difficultés qui secouent notre système scolaire, des mesures seront prises sur le plan organisationnel afin de mieux renseigner les travailleurs sur leur rôle et leur place dans la résolution des préoccupations posées.

Pour le SG national du SYNATEB , les élèves ont bien leur mot à dire dans le système d’évaluation

Se prononçant sur les divergences de point de vue entre les élèves et le MENAPLN, Yaméogo estime qu’il est normal que les apprenants qui sont les premiers bénéficiaires puissent donner leur avis concernant les réformes en cours.

                  Mobilisation et union

Pour le Secrétaire Général provincial et coordinateur régional du SYNATEB, Mahamadi Bagaya, cette journée qui coïncide avec le 26ème anniversaire du mouvement constitue une aubaine pour inviter les militants à renforcer l’esprit de mobilisation et d’union au sein des sous-sections.

Secrétaire Général provincial et coordinateur régional du SYNATEB, Mahamadi Bagaya a fait comprendre que la rareté des mots d’ordre de gréve et autres formes de protestation ces derniers temps est loin d’être un signe de faiblesse

Selon les dires de Bagaya, l’accalmie des activités syndicales depuis l’avènement du pouvoir Roch, n’est pas synonyme de faiblesse des regroupements syndicaux, bien au contraire. Pour le SG à la barbe bien fournie, cette forte mobilisation a été possible grâce aux sorties terrain auprès des sous-sections dans le but de leur apporter les informations justes afin de pouvoir envisager des actions futures.

selon les militantes et les militants la célébration de ce 26 éme anniversaire a été un véritable cadre de formation

Tous les participants s’accordent pour dire que les différentes interventions ont éclairé leur lanterne et se disent prêts à continuer la lutte au sein des sous-sections respectives.

Un match de football entre les militants SYNATEB de la section SYNATEB Yatenga  et la police municipale de Ouahigouya  et un bal dansant dans un maquis de la place ont été des moments forts de réjouissances à l’occasion de cette célébration du 26 éme anniversaire de ce syndicat révolutionnaire de luttes des classes. 

Inoussa Ouédraogo.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *