Tabaski ou Aïd-el-adha 2021 à Ouahigouya : paix et bonne pluviométrie au menu

A l’instar des autres villes du Burkina, la cité de Naaba Kango a célébré la fête de tabaski ce mardi 20 juillet 2021 sur fond de vœux de paix, de cohésion sociale et d’une saison hivernale fructueuse. C’est El hadj Hamidou Traoré, imam de la grande mosquée de Ouahigouya qui a dirigé la prière à la place de la nation de Ouahigouya sous le regard fraternel d’autorités administratives, politiques, coutumières, et des représentants du christianisme.

Sous un ciel bien dégagé que les fidèles musulmans ont rallié tôt ce matin le plus grand espace de prière de la ville de Ouahigouya. Vêtus de blanc pour la plupart, ces adeptes de l’islam ont fait le plein de la place de la nation transformée pour la circonstance en une mosquée.

Dans son prêche, l’imam a beaucoup insisté sur le retour de la paix au Burkina et surtout dans cette partie nord du pays qui paie le lourd tribut de l’insécurité. « Notre prière à l’occasion de cette fête de tabaski, est que le pays  retrouve sa paix d’antan, sa cohésion légendaire, l’entente parfaite entre les fils et filles du Burkina. A travers ces valeurs, les nombreux déplacés pourront retourner paisiblement chez eux et reprendre leur vie normale. », vœu de l’imam Traoré.

                                                  Pluviométrie abondante

 Cet érudit de l’islam a aussi imploré la clémence d’Allah pour une pluviométrie abondante pour tous les Burkinabè. A l’en croire, l’abondance conditionne une foi et une soumission sincères envers le créateur à l’image du prophète Ibrahim dont cette fête tire ses origines.

Prenant la parole au nom du gouverneur de la région du nord, empêché, Kouka Jérémie Ouédraogo, SG de la région, a traduit les vœux de santé, de paix et du bien vivre-ensemble à l’adresse de la communauté musulmane du septentrion burkinabè. A l’entendre, c’est à ce prix qu’un développement harmonieux sera réalisable dans notre cher pays.

Venu au nom du gouvernement, le ministre Salifou Ouédraogo de l’agriculture, a traduit les reconnaissances de l’exécutif à l’égard des premiers responsables de la communauté musulmane du nord qui œuvrent inlassablement pour que règne la coexistence pacifique au Burkina.

                             Immolation du mouton

Pour lui, c’est une occasion pour le gouvernement de souhaiter une bonne célébration d’Aïd-el-Kebir à tous les musulmans et surtout ces milliers de déplacés internes qui fêtent dans des conditions assez difficiles.

Quant au député Gilbert Noel Ouédraogo, c’est au nom du président de l’assemblée nationale qu’il a tenu à remercier la forte communauté musulmane et lui souhaiter une joyeuse fête de la tabaski.

Après l’immolation du mouton sacrificiel par l’imam Traoré, ces milliers de fidèles musulmans ont regagné leurs domiciles respectifs dans l’optique de festoyer et de partager les mets avec les voisins de tous les bords religieux.  

Inamé K. Norbert et Léonard Ouédraogo.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *