Terrosimes au Nord Burkina comment mettre fin à cette barbarie des ces fous

image_pdfImprimerimage_printImprimer

Plus le temps avance, plus nous avons de détails sur les auteurs des tueries barbares dans le nord Burkina. Notre reporteur a rencontré en ce début de semaine de janvier 2017 un survécu d’une tentative d’assassinat terroriste dans son lieu d’hospitalisation. 

   

Les multiples attaques dans le sahel laissent plusieurs personnes perplexes. Au fur et à mesure que les jours avancent, on se fait une idée un peu plus claire sur le réseau de Malame Ibrahim Dicko. Ce jeune élève coranique, qui a fait ses études à Ouahigouya. Ce turbulent élève selon notre confident dès le bas âge, ne s’entendait pas avec son maitre coranique  basé à Ouahigouya. Après ses études, l’homme ayant rejoint sa province natale, le Soum , s’est lancé dans des activités de promotion de sa religion. Très éloquent dans ses prêches, il a acquis la confiance d’un grand nombre de Djibolais. En quelques temps d’activités, l’homme a pu ériger une mosquée au secteur 05 de la ville et ensuite une petite école Medersa. Ce prêcheur qui a acquis la confiance d’un grand nombre de Djibolais recevait des enfants pour la scolarisation franco-arabe. S’enfonçant dans son radicalisme, il commence à irriter bon nombre de partisans de l’islam et autochtones de la localité. Malam Ibrahim Dicko pourfend à gorges déployées les fastes lors des baptêmes et autres manifestations religieuses. Originaire du village de la commune de Nassoumbou, précisément du village de Soboulé, comme pour s’affirmer ou marquer son territoire, c’est dans cette localité que le rebelle prêcheur se signale de la triste manière le 16 décembre 2016 aux environs de 5heures 30 minutes avec comme bilan douze soldats tombés et d’importants dégâts matériels . L’attaque du détachement des forces mixtes dans cette zone finie par convaincre les citoyens que son mouvement nommé IRSAD est une véritable force du mal. Celles faites dans la ville de Djibo et le village de Sibé montrent clairement les velléités terroristes et meurtrières   du mouvement IRSAD. Selon plusieurs témoignages concordants, plusieurs jeunes désœuvrés de Djibo ont été recrutés par cet homme dangereux et formés au Nord-Mali sur les attaques terroristes. De prêcheur religieux, Malam est devenu un dangereux criminel. Il a complètement lessivé les cerveaux de ses jeunes adeptes. Résultat, un fils qui abat froidement son géniteur. Des fous de Malam qui tirent à bout portant sur  Mahamoudou cko âgé de 36 ans, commerçant de bétail    Et à notre interlocuteur de dire que plusieurs jeunes de la localité, surtout les désœuvrés et des   scolarisés sont la proie facile. Notre source nous avoue que des dizaines de jeunes de Djibo, ont séjourné dans le nord mali pour recevoir des formations en attaques terroristes. Conséquences, c’est le fils qui élimine son père dans un village.images.jpg Au secteur 5, c’est Abdoulaye  Dicko , commerçant de bétail qui est tiré à bout portant . Les détails avec notre ami : « Le beau-frère de Mahamoudou Dicko,  Dicko,  Abdoulaye qui vie dans le village de Baagadoumba à environs 3 km de Djibo qui  l’a téléphoné pour l’informer  qu’il venait  en ville mais voudrait un secours parce que tombé en  panne d’essence. Mahamoudou Dicko envoie un jeune frère avec un demi-litre de carburant. Il cherche le demandeur en vain non sans avoir remarqué la présence d’une personne enturbannée dans les environs. Quelques instants après, celui qui a demandé l’essence  appelle pour dire qu’il est vers l’entrée au barrage de Djibo et attend toujours le secours. Pour la deuxième fois le jeune, y retourne. Après avoir reçu la commission Abdoulaye Dicko rejoint Mahamoudou sa cible qui suivait un film dans un vidéo-club au secteur 1 de la ville. Le partisan de Malame invite le cinéphile pour un conciliabule à un autre endroit, loin du vidéoclub. Poussant la moto de son hôte, le commerçant de bétail entend le bruit de charme d’une arme à feu. Voulant se retourner, son étranger lui cribla de balles. Blessé au ventre, son bourreau se sauve ». C’est à rien comprendre. Dicko Abdoulaye a pourtant épousé une sœur de Mahamoudou la victime. Comme quoi une personne qui a été fortement manipulé ne connait ni son père, ni sa mère encore moins son beau-frère. C’est ça tout le mal du terrorisme et toute la difficulté à combattre ce fléau des temps modernes. Qu’à pu bien faire Mahamadou Dicko pour se voir fusillé par le mari de sa sœur ? Avait-t-il des relations particulières   ou collaborait-t-il avec  Malame Ibrahim Dicko le guide du mouvement terroriste.Terroriste.jpg
Mahamoudou Dicko a-t-il a été une recrue du mouvement IRSAD de Malame Dicko ? Y a-t-il eu une trahison entre les deux. Soumis à des soins intensifs depuis le 02 janvier 2017, et victime d’une annulaire coupé par les balles, la main gauche fracturée au niveau des métacarpes , le flanc gauche du ventre atteint , la sécurité de cet commerçant de bétail  blessé par son gendre et interné au CHU de Ouahigouya est-t- elle réellement assurée ? Il s’avère être une bonne source pour éclairer sur certaines zones d’ombre.  Maintenant que Malame  Ibrahim Dicko ne s’en cache pas de ses forfaits, de quels moyens disposent les forces armées pour contrer ses velléités de tueries.  Le nouveau  Chef d’État major général des armées  nationales,  originaire de Djibo a-t-il des atouts ou un réseau de renseignements qui puissent empêcher cette promenade criminelle dans la zone nord du Burkina ?  Que ceux qui ont collaboré  avec ce criminel en puissance délient leurs langues à qui de droit  afin qu’on puisse le dompter. La lutte contre le terrorisme est l’affaire de tout le monde. Il y a lieu de changer de comportement avec ces nouvelles formes d’attaques dans notre pays. Chaque citoyen burkinabè doit être un agent de renseignements tout est restant sur ses gardes.  

 

 

Faso-nord.info

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *