Université de Ouahigouya : La salle de l’Unité Sciences et Technologies baptisée au nom de feu Docteur Pilabré

L’Université de Ouahigouya a organisé le jeudi 15 avril  2021  une cérémonie  pour rendre hommage à son ancien directeur de l’Unité de Formation et de Recherche  en Sciences  et Technologies  (UFR/ST), feu docteur Nakélegbamba Pilabré  Boukary.

Décédé  brusquement le mercredi 27 janvier  2021, feu Nakélebamba Boukary Pilabré  est reconnu comme un homme qui a consacré sa vie à la formation des hommes. Professeur  des lycées et collèges, il a poursuivi ses études universitaires   pour s’attribuer  deux doctorats obtenus respectivement en 1995 et en 2011. Enseignant durant plusieurs années  à l’Université Joseph Ki –Zerbo, il rejoindra par la suite l’Université de Ouahigouya. Ce mathématicien chevronné  se distingue parmi ceux-là   qui ont libéré   leur génie créateur  pour donner  forme à l’Université de Ouahigouya où il assurait la charge de directeur de l’UFR/ST. D’où cette cérémonie d’hommage  pour magnifier tout le combat qu’il a mené et l’immense travail intellectuel qu’il laisse à la postérité.

                         Témoignages, expositions photos, slams

Pour l’occasion, collègues enseignants, parents, amis et  étudiants ne sont fait prier pour prendre part à cette journée dédiée au natif du village de Nodin dans la commune de Thiou au Yatenga. Entre témoignages,  expositions  photos, slams, les organisateurs ont tous mis en œuvre pour faire découvrir l’immense  parcours de  ce mathématicien de renommée et infatigable travailleur.  

La célébration a été étoffée par la cérémonie de sortie de la première promotion en Licence de la filière mathématique fondamentale. Ces 16  premiers diplômés  en mathématiques de l’Université de Ouahigouya (14 garçons et 2 filles)  ont pris pour nom de baptême, promotion Nakélegbamba Boukaré Pilabré.  Visiblement très attachée  et reconnaissant à son défunt professeur, l’Université de Ouahigouya  a décidé  de baptisé la salle de l’Unité de formation et de Recherche en sciences et Technologies au nom également du docteur Pilabré.

                                                  Connu sur le terrain syndical

La pédagogie chevillée au corps, disponible et méthodique comme l’a fait remarquer ses étudiants et collègues, docteur Pilabré  a été aussi perspicace dans la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs sous la casquette du Syndicat national des Enseignants du Secondaire et du Supérieur (SNESS). Selon le témoignage de Mahamoudou Soré,  représentant de ce syndicat à la cérémonie d’hommage, celui-là dont le nom a été attribué à la salle de l’UFR /ST a représenté  à plusieurs reprises sa structure syndicale aux rencontres gouvernement  et syndicats.

                               Plus qu’un enseignant un père de famille

La fille du regretté, Safiatou Pilabré  et son neveu Hamadé Pilabré  ont  confié que  « le vieux »  a inculqué à sa famille  l’amour du travail. La fille  précise  qu’il était rigoureux au point d’être incompris par moment.

« Oh père !  Qui, pour nous guider comme vous » a martelé le délégué  de la promotion des mathématiciens en fin de formation, Kouanda Cheik Abdoul Kabîr, soulignant qu’en plus de leur inculquer le savoir, Docteur Pilabré était pour eux un père qui ne se  privait pas de rappeler  les adeptes de l’habillement extravagant à l’ordre

                                        Les algèbres génétiques

Le travail du défunt docteur a inspiré beaucoup de ses étudiants qui ont  décidé de suivre  ses traces  à l’image de ce   doctorant en mathématiques,  Alexis Tabsoba. Il   précisera  à  son tour que leur ancien  encadreur a  particulièrement orienté ses recherches sur les algèbres génétiques.

 Pour  le  président actuel de l’Université de Ouahigouya, le professeur André Marie Soubeiga, cette journée a été organisée  pour célébrer la vie d’un bâtisseur. Il s’agit pour lui de faire en sorte que son exemple inspire la génération actuelle et future.

                                                  Un réconfort pour la famille

Intervenant au nom de la famille, Hamadé  Pilabré s’est réjoui de cette marque de reconnaissance de l’Université de Ouahigouya à celui dont le départ laisse un grand vide tant dans le monde universitaire et familial .  IL salue cette initiative qui selon lui participe  à faire connaitre le travail auquel Docteur Pilabré a consacré toute sa vie. Il mentionne qu’une telle initiative réconforte la famille nucléaire et les proches du défunt.  

                                                                  Salo Wendkuni Gildas et Koara Archange.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *