Université de Ouahigouya : Une pièce théâtrale en hommage à Dabo boukary

Le mercredi 19 mai 2021, l’Enep de Ouahigouya a abrité un théâtre organisé par l’Association Nationale des étudiants burkinabé de Ouahigouya (ANEB /OHG), rendant ainsi hommage à Dabo Boukary.L’objectif de cette mise en scène est de faire connaitre aux Étudiants les sacrifices et les luttes menés par cet Étudiant syndicaliste.

La date du 19 mai est connue comme une journée de deuil national au sein du monde  estudiantin au Burkina. C’est ainsi que cette année, à travers sa troupe théâtrale, l’Université de Ouahigouya s’est prononcée. En effet, les étudiants ont mis en scène l’histoire de Dabo boukary, un jeune étudiant disparu en 1990 suite à une lutte estudiantine .L’objectif de ce  théâtre est d’illustrer, non seulement  la vie du jeune Dabo, mais aussi de pointer du doigt la réalité que vivent les étudiants. « Avec ce théâtre,  nous avons mis en lumière  la vie de notre camarade, il y a 31ans. », a  déclaré Saré  Olivier, un acteur de  cette scène qui a joué le rôle de Dabo Boukary.

Cultiver la solidarité

La solidarité en constitue le principal thème .c’est ce que déclare la responsable de la troupe théâtrale de l’ANEB/OHG,  Guiri Afissatou. «  Le thème du théâtre, c’est pour faire appel aux autres camarades de l’importance de la solidarité dans  la lutte estudiantine » déclare t-elle. Pour mademoiselle Guiri, avancer main dans la main pourrait participer à la résolution des  difficultés sur  le Campus. C’est dire donc aux jeunes universitaires insiste-t-elle  de ne jamais faire fi de l’intérêt  général «  c’est pour interpeller tous les étudiants à s’engager collectivement  car rien n’est infructueux que d’avoir un intérêt particulier parmi tant de personnes. », a renchérit Sare Olivier.

De nombreuses insuffisances à l’Université /Ouahigouya

Le théâtre a aussi mis à nu les problèmes qui importunent les étudiants à l’Université .A cet effet, les  difficultés les plus criardes   sont l’insuffisance des infrastructures notamment les Amphithéâtres saturées et le manque de  cités universitaires. On peut souligner également  le manque des enseignants qui retardent la programmation des cours.

Il y a aussi  le problème de la restauration des étudiants.  Face à ces multiples difficultés  dans les Universités, cette  représentation  théâtrale sonne comme une incitation à la lutte. «  Nous incitons les étudiants à la lutte au bon sens du terme,  c’est à dire une lutte pacifique qui pourrait répondre à nos doléances. », Détaille Saré Olivier sur le modèle de la lutte des étudiants.

                       Changement de mentalité

Ainsi du côté des spectateurs, une prise de conscience et un changement radical de mentalité sont  d’ores  et déjà observés  après le théâtre. « A partir de ce jour je participerai aux différents mouvements  organisés par  l’ANEB en vue d’un changement positif », a dit Douma Issiaka, un étudiant en SAPE.    

  L’expression « Justice pour Dabo » a été fortement revendiquée à travers cette pièce théâtrale. Les étudiants ont extériorisé leur revendication de  justice pour leur défunt camarade. «  Nous persévérons  dans la lutte syndicale pour qu’il y ait justice pour notre vaillant camarade.», Insistent –ils. La mise en scène des actes de tortures a véritablement ému le public.

                                                                        Archange Nabonswéndé Koara               

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *