Vivre avec un Handicap à Yako : La Renaissance, bienveillante

L’association la Renaissance pour l’autonomisation de la femme, la scolarisation et le maintien des filles à l’école (ARAF/SMFE) a offert des vivres aux personnes vivant avec un handicap dans la province du Passoré. La cérémonie de remise a eu lieu le samedi 10 juillet 2021 dans la cour de l’école  Yako fille en présence du Haut-Commissaire de la province, Issiaka Segda et du chef d’antenne du secrétariat permanent  de lutte contre le Sida et les maladies sexuellement transmissible au Nord, Harouna Kiemdé

Une vue de la quantité des denrées alimentaires offertes aux personnes vivant avec un handicap

Des sacs de riz, des cartons de savon et de spaghetti, c’est une variété de produits  alimentaire  que l’association la Renaissance pour l’autonomisation de la femme, la scolarisation et le maintien des filles à l’école a offert  à  ces personnes démunies  et vivant dans la province du Passoré.

La présidente de l’association la Renaissance pour l’autonomisation des femmes , la scolarisation et le maintien des filles à l’école Noelie Dabiré

Selon la présidente de l’association, Noellie Dabiré, l’insécurité alimentaire s’aggrave en cette période de soudure de même que les conditions de vie  des personnes démunies. Les plus touchés,  ceux souffrant d’un handicap et dans le   lot des personnes déplacées internes.

                        Cotisation et collectes de fonds

La présidente et les officiels remettant symboliquement les vivres à une bénéficiaire

 Partageant leur souffrance, Noelie  Dabiré et ses camarades ont jugé nécessaire  de mobiliser  des ressources en cotisant et en faisant des collectes pour les venir en aide. Cette initiative citoyenne a rencontré l’adhésion des autorités administratives et des responsables du secrétariat permanent de lutte contre le sida et les IST.

Le Haut -Commissaire de la province du Passoré a félicité l’association la renaissance pour son geste

En témoigne la présence du Haut-Commissaire de la province du Passoré Issiaka Segda,   du chef d’antenne Nord du secrétariat permanent de lutte contre le Sida et les maladies sexuellement transmissible, Harouna Kiemdé , du 2eme adjoint au maire de la commune de Yako , Mamoudou Kindo et d’un représentant de la direction provinciale de l’action à cette cérémonie.

Les bénéficiaires reconnaissance que cette dotation est un ouf de soulagement

 Noelie Dabiré confie que cette initiative modeste soit –elle a été initiée  afin de soulager  les personnes vivant un handicap, et aussi  cultiver les valeurs de la solidarité et de l’entraide.

                       Se nourrir un bout de temps 

 Handicapé visuel,   Blaise Wibga a traduit  la reconnaissance des bénéficiaires aux responsables de  l’association pour l’autonomisation des femmes, la scolarisation et le maintien des filles à l’école. Il  avoue que cette dotation participera à donner un peu de répit  à certains d’entre eux  manquant de quoi   pour se nourrir.  Il a souhaité que Dieu assiste  les responsables de l’association la Renaissance  et leur donne les moyens afin qu’ils puissent soutenir les personnes démunies.

                                2101 déplacés internes

Photo de famille

Il espère également que ce geste inspirera  d’autres structures qui se pencheront sur la situation des personnes démunies. De 2019 à nos jours, la province du Passoré enregistre2101 déplacés internes, des personnes qui ont fui leurs localités à cause de l’insécurité, parmi lesquelles des personnes vivant avec un handicap.

                      Instaurer une chaine de solidarité

Pour la représentante de la direction provinciale de l’action du Passoré, cette situation commande l’instauration d’une chaine de solidarité et il félicite l’association la Renaissance pour l’autonomisation des femmes, la scolarisation et le maintien des filles à l’école d’indiquer la marche à suivre.

Le chef d’antenne du secrétariat permanent de lutte contre le Sida et les IST au Nord , Harouna Kiendé

Le chef d’antenne du secrétariat permanent de lutte contre le sida et les IST au nord, Harouna Kiemdé  estime qu’il y a un double combat à mener pour garantir  une vie digne des personnes vulnérables. Il faut se mobiliser pour leur apporter de quoi subsister et les protéger contre  les maladies.

Faso nord info

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *